Retour sur la formation sur les milieux karstiques

/ eau

A la découverte des milieux karstiques - connaissance, vulnérabilité et protection

25 octobre 2014 sur le secteur de Morteau

La journée a débuté en salle à la MJC de Morteau avec les 16 participants par une introduction proposée par Julien Girardot, hydrogéologue. Ce fut l'occasion d'aborder quelques notions de géologie, et de morphologie jurassienne :

  • Un mont est un anticlinal, un val un synclinal
  • Une cluse, une vallée transversale à un anticlinal
  • Une combe, un affleurement de marnes, mise à jour par l'érosion d’une voûte anticlinale
  • Un cret, un relief domiant une combe (à ne pas confondre avec un mont)
  • Pour plus de détail, voire “Montagne du Jura” (Campy-Bichet 2011, néo éditions).

L’hydrogéologie local est lié à la géologie : Les circulations souterraines dans les karsts de la haute chaîne sont guidées par les plissements. Il existe une relation entre la localisation des sources est la morphologie jurassienne : par exemple la remonté des marnes au cœur d’un anticlinal provoque quasi-systèmatiquement l’émergence d’une source où une cluse coupe un anticlinal (exemple : source du Drugeon dans le Laveron, ou sources de la Loue et du Lizon en amont du faisceau Salinois. .

Cette introduction faite, la visite des différents sites s'en est suivi accompagnée des 2 intervenants de la journée : Julien Girardot, hydrogéologue et Christophe Rognon, géologue et spéléologue.

La source de la Corchère

Source majeure du secteur, qui draine le synclinal de Gilley, source active du système pont du Diable/grotte de Remonot/grotte au trésor, émergences qui sont fossiles ou semis-fossiles.

Cette source est localisée en amont immédiat de la cluse du défilé du Coin de la Roche.

La source du Pont du Diable

Un bref arrêt devant le siphon d'entrée nous a permis d'observer une jolie "charnière" géologique. Le point bas, entièrement noyé, est situé à 86 m sous le niveau de la rivière mais nous nous sommes contenté d'observer la vasque les pieds au sec ce qui n'aurait pas été le cas lors d'une crue.

La grotte de Remonot ou Grotte de la Chapelle

Cette grotte, ancien lieu de pèlerinage, a été aménagé en chapelle. Les prolongements noyés fait l'objet d'exploration ces dernières années. Arrêt en plongée à 43 m de profondeur sur zone éboulée et contamination par eau du Doubs en étiage.

La grotte du Trésor

Cette grotte, située au milieu du défilé d'Entreroches, s'ouvre sur un vaste porche impressionnant et se poursuit par un complexe de galeries de près de 2 km de longueur avec des siphons franchissables en scaphandre.

Elle doit son nom à une rumeur selon laquelle un butin aurait été caché par des voleurs.

Le système karstique de la Cheminée

Après avoir rejoint la rive droite du Doubs, nous avons pu apercevoir une source vauclusienne émissive appelée Puits de Sombrenom ou Puits sous la Brume. C'est un vaste siphon profond (-60 m) en cours d'exploration.

On peut distinguer l'eau de cette source qui émerge dans le Doubs avant de se mélanger avec l'eau de la rivière. D'ailleurs la différence de couleur entre l'eau du Doubs plutôt verdâtre et l'eau qui provient de la source est notable. En effet, la différence de composition physico-chimique et la présence de diatomée donne une couleur bleutée à l'eau de la source.

Les intervenants soulignent que le Doubs évoluera vers un assèchement à partir de Pontarlier jusqu’à ce secteur. Aussi la future source du Doubs sera vraisemblablement sur ce site.

Le défilé d'Entreroches et les Lappiaz

Nous avons clôturé la journée sur une magnifique dalle de lapiaz qui domine le défilé d'Entreroches, à l'allure de canyon, avec une vue imprenable sur le Doubs.

Lien vers la boutique du GIPEK (Groupe pour l'Inventaire, la Protection et l'Etude du Karst du massif Jurassien). http://boutique.gipek.fr/

Next Post Previous Post