Table ronde sur l'économie circulaire - Dole (39)

Table ronde

Dole : Economie circulaire

Organisée en partenariat avec le Grand Dole

http://www.grand-dole.fr/

Accueillie dans les locaux du Lycée Jacques Duhamel

http://www.lycee-jacques-duhamel-dole-jura.fr

Pour cette soirée, nous avons eu le plaisir d'accueillir un public attentif, curieux et diversifié composé notamment d'élus, de représentants associatifs, d'étudiants, d'enseignants, etc. Nous vous proposons ci-après un compte-rendu succinct des interventions et des échanges avec le public. Et nous remercions chaleureusement les intervenants d'avoir accepté la mise en ligne sur notre blog de leur support de présentation.

Jean-Pascal FICHERE, Président du Grand Dole

Mot d'accueil

(...)L'environnement sera pris en compte lorsqu’il sera intégré dans les cycles économiques. Une tendance lourde est engagée dans ce sens.(...)

Pascal BLAIN, Président de FNE Franche-Comté La mission de la fédération régionale est d'impulser des actions concrètes, d'une part, en tant que lanceurs d'alerte et d'autre part, en tant qu'animateur du dialogue environnemental. En cette période de crises économique, sociale et environnementale, il y a une opportunité d'évoluer vers d'autres modèles. Ce soir est une invitation à la découverte d'autres modèles. Ce qui s'est passé avec Rémi FRAISSE, montre qu'il ne faut pousser un modèle jusqu'au bout. Il faut instituer un dialogue pour construire des solutions.

Catherine BAHL, coordinatrice du Plateau Débat public Présentation du Plateau Débat public et des actions autour du dialogue environnemental http://debatpublic-mefc.org/quest-ce-que-le-debat-public/ Le dialogue environnemental consiste notamment à associer les citoyens suffisamment en amont des problématiques et projets afin de :

  • de les entendre et de les reconnaître
  • d’éviter toute cristallisation de conflits coûteux en favorisant l’appropriation et l’acceptation des projets
  • d’enrichir la réflexion, de l’affiner de manière à mieux concilier utilité sociale et protection de l’environnement

Qu'est-ce que l'économie circulaire ?

Jean-Jacques GIRARDOT, économiste, spécialisé en Intelligence territoriale Coordinateur du Réseau international d'intelligence territoriale. Université de Franche-Comté, Besançon /images/image-intelligence-terr-300x210.png

Quel lien entre économie circulaire et économie sociale et solidaire ?

Jacques SEGUIN, Vice-Président de la CRESS Franche-Comté (Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire)

http://www.cress-fc.org/

/images/image-cress-300x223.png

Téléchargez la présentation

Témoignage du Directeur de l'école de production ECCOFOR/Juralternance Jean-Yves MILLOT, Directeur d'ECCOFOR - JURA ALTERNANCE

http://juralternance.wix.com/dole http://www.eccofor.fr/

L'association ECCOFOR a créé l'école de production Juralternance qui fait partie de la fédération nationale des écoles de production. Elle s'attache à inclure les trois dimensions du développement durable : social, environnemental et économique. La démarche de Juralternance est basée sur le tryptique : écouter, comprendre et former. D'une part elle assure la vente de biens avec une éthique, une déontologie vis-à-vis du client ; tel que la valorisation de pneus non usés destiné initialement au broyage et qui, après être testés, appairés..., sont revendus en pneumatique d'occasion. Et d'autre part de former et réinsérer des jeunes exclus du système scolaire afin qu'ils retrouvent une estime de soi et acquièrent des compétences en s'intégrant progressivement dans la vie active.

Quel lien entre économie circulaire et entreprises ? Alice Grozellier, responsable régionale Grand Est d'Ecomobilier http://www.eco-mobilier.fr/

/images/image-ecomobilier-300x204.png

Téléchargez la présentation

Visionnez le petit film de présentation d'Ecomobilier

Témoignage de Benoît Janier de Kaja Sarl, imprimeur sur supports en chanvre

http://kaja-sarl.com/

Objectif de produire un service tout en limitant les déchets. Le choix de l'entreprise est d'imprimer sur chanvre textile à la place du PVC. En effet, 1,9 milliards de toile PVC sont produits ce qui représente 6000 semi-remorques dont 0,05% sont recyclés. Le PVC se recycle peu et est nocif pour l'environnement. Les matériaux utilisés par l'entreprise sont le chanvre (coopérative de Haute-Saône), le bambou vert (car le bambou sec est traité au sel de bore) originaire du Gard, le bois local et du métal recyclé.

Les échanges avec le public

Question : Le problème de la gouvernance et de l'intelligence collective Réponse : Beaucoup de travaux sont en cours sur les biens communs. Le point intéressant dans l'intelligence collective, c'est l'analyse des situations où il faut utiliser la coopération et/ou la concurrence. La gouvernance, c'est le bon mix entre les 2 approches. Les spécialistes de l'économie circulaire ne sont pas conscients du domaine de l'Economie sociale et solidaire. La réponse dépend de l'objectif que l'on poursuit. Si les règles entre les acteurs ne sont pas les mêmes, ce n'est pas de la bonne concurrence. Les 2 modes peuvent co-exister. Il faut se mettre d'accord sur le but que l'on poursuit.

Q : L'observatoire en cours peut-il nous éclairer ? L'économie circulaire pourra-t-elle se développer dans le contexte prévu par J RIFKIN ? R : C'est pour pallier au manque d'informations. Si on veut travailler avec les acteurs, il faut amener de l'information. Les acteurs ont besoin de prendre de la distance. Souvent, l'information locale n'est pas disponible pour les habitants. Il faut développer l'information au niveau infra-local. Les entreprises de l'économie sociale et solidaire ont beaucoup de mal à se comparer aux autres. En fait, il y a d'autres éléments au-delà des chiffres : la biodiversité, la santé, etc. Le développement durable est un élément qui se développe sur le territoire. Aux USA, il y a des chercheurs activistes : c'est pour contrer les arguments des industriels. Il faut être en capacité de conduire des contre-expertises. Par rapport à Rifkin, il y a de bonnes idées dans ses propositions mais il est assez préoccupé par la robotique. La Belgique a été le deuxième pays industriel au monde. Maintenant, la Belgique paie des coûts sociaux et environnementaux. L'espoir vient de la mobilisation par le relationnel humain plutôt que par internet. On dit souvent que l'on veut préserver l'environnement mais il s'agit de préserver l'espèce humaine.

Q : La question du recyclage sous forme de panneaux de particules : quelle sera la limite du recyclage, lorsque les fibres seront devenues trop petites ? R : Le problème est géré par la filière : fabriquer d'autres types de panneaux, faire d'autres types de produits en transformant le bois, ... Quant au sujet de la colle et la possibilité de séparer le bois et la colle, il n'y a pas de solution miracle sur la colle..

Q : La question sur la présence des métaux : il n'est pas possible de tout recycler, car il y a des pertes dans les processus de recyclage. Il y a aussi des métaux qui sont mélangés totalement (informatique, etc..). Pour beaucoup de métaux, on a déjà dépassé le pic des ressources. R : Pour les métaux, on est dans une logique de disparition, contrairement à une logique de prix.

Q : Est-on passé dans le monde économique réel avec la REP ? Le principe de l'éco-contribution dont le montant va augmenter progressivement. Donner un ordre de prix ? R : Le barème de l'éco-contribution est soit au poids, soit au type. Chaque produit doit contribuer à la filière en fonction des problèmes qu'il va générer. L'objectif est bien de faire évoluer ce barème : facile en théorie, mais difficultés à constituer un barème.

Pour aller plus loin

http://www.ellenmacarthurfoundation.org/fr

http://www.institut-economie-circulaire.fr

http://www.ademe.fr/expertises/economie-circulaire

http://www.fne.asso.fr/fr/nos-actions/dechets/economie-circulaire

http://www.inspire-institut.org/

http://www.oree.org/

Next Post Previous Post