2013- Fin des quotas laitiers

/ agriculture

Fin des quotas laitiers: Opportunité ou catastrophe?


Ce débat organisé par FNE Franche-Comté s'est déroulé le jeudi 28 novembre 2013 à Poligny. La soirée a été animée par Emmanuel Caen, journaliste à Participe Présent.

La version écrite du débat

INTRODUCTION: Yvon Henry, administrateur de FNE Franche-Comté

I-POURQUOI LA FIN DES QUOTAS ?

Intervenant: Jean-Christophe Kroll professeur d’économie et politique agricoles, AgroSup Dijon

De quand datent les quotas laitiers ? Pourquoi ont-ils été créés ? Comment fonctionnent-ils ? Pourquoi les supprime-t-on aujourd’hui ?

II- QUELS IMPACTS SUR LES FILIERES ET TERRITOIRES ?

Intervenant: Pascal Bérion maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Franche-Comté, laboratoire Thema

Comment les filières industrielles s’organisent elles aujourd’hui pour préparer la fin des quotas ? A-t-on d’ores et déjà des exemples de pays ou régions qui peuvent donner une idée de la direction dans laquelle pourraient aller les choses une fois le marché dérégulé ?

En ce qui concerne la Franche-Comté, les situations semblent très sensiblement différentes entre les zones de montagne et de plaine ainsi qu’entre les zones AOC et non AOC. Peut-on distinguer des scénarios et conséquences différents entre ces différentes zones ?

Ecoutez les parties I et II

III- DANS QUELLE MESURE QUALITE ET QUANTITE SONT ELLES COMPATIBLES/INCOMPATIBLES ?

Intervenant: Paul Polis, vétérinaire (GIE Zone Verte)

Qu’est-ce qu’un bon lait ? Que faut-il pour produire un lait de qualité ?

En quoi des systèmes intensifs d’élevage rompent ils avec ces principes et ouvrent la porte à un cercle que vous qualifiez de vicieux ?

Dans le monde dans lequel on vit, des pratiques plus extensives sont elles encore viables ?

IV- QUEL LES OPPORTUNITES ET/OU RISQUES POUR L’AOC COMTE ?

Intervenant : Claude Vermot-Desroches, président du Comité interprofessionnel du Gruyère de Comté

On parle beaucoup des pollutions agricoles sans toujours bien savoir de quoi on parle. En tant que membre du collectif, Philippe Henry a travaillé sur la Loue pour essayer de mesurer la part de responsabilité des pollutions agricoles dans son processus de dégradation : quels sont les constats et résultats en la matière ? Quelles conclusions peut-on en tirer ?

La présentation de Phillipe Henry

LES INTERVENTIONS DU PUBLIC

CONCLUSIONS

Pascal Blain, vice-président de FNE Franche-Comté

Next Post Previous Post